Lundi 27 février, la Fondation Egalité Mixité, dont les membres fondateurs sont AXA, Michelin, ENGIE et Orange, a organisé une table ronde à la Maison de la Radio, autour du sujet « Entreprises : Avez-vous de bonnes raisons d’investir ? ». L’occasion de présenter les organismes lauréats de l’appel à projet lancé pour promouvoir la mixité dans les métiers.

L’association Sport Univers’elle était présente pour présenter le projet « Pourquoi pas une femme ». Allant plus loin que le sujet du sport, elle s’est intéressée à la question de la mixité dans tous les métiers.

Les lauréats ont présenté de nombreux projets pour favoriser la mixité dans les métiers, notamment : des formations et des ateliers pour informer sur les métiers que les femmes peuvent exercer chez Skema Business School ; la promotion des femmes qui travaillent dans le bâtiment chez Habiter au quotidien et des femmes qui proposent leurs services en bricolage chez Bricoleuses; une campagne nationale de portraits de femmes pour sensibiliser les jeunes aux métiers que les femmes peuvent exercer dans la technologie et la mécanique chez Arts et métiers; des ateliers de codage proposés aux femmes chez Simplon.co etc.

La footballeuse Mélissa Plaza, aujourd’hui docteure en psychologie sociale, est revenue sur sa carrière internationale dans un sport où les hommes sont beaucoup mieux traités (en termes de salaires, d’équipements sportifs, de structures, d’aides et de prévention médicales) et où les femmes sont très peu médiatisées et souvent incomprises.

Dans l’ensemble, les intervenants ont relevé que les principaux freins à la mixité dans les métiers sont créés par la société, dans laquelle les préjugés sont très ancrés. Ainsi, les femmes sont ambitieuses et aussi compétentes que les hommes pour exercer, par exemple, dans des secteurs tels que la mécanique, la technologie ou la finance. Mais elles n’osent pas car elles font face aux critiques de leur entourage ou sont sans cesse orientées vers les mêmes secteurs et ne pensent pas à exercer dans ceux que l’on « réserve » aux hommes.

Le point en chiffres :

  • Sur 80 familles de métiers, les femmes sont concentrées à 50% dans seulement 10 secteurs.
  • 1 métier sur 8 est mixte, le reste est exclusivement féminin ou masculin.
  • En Inde, ½ développeur est une femme alors qu’en France, pour l’inconscient collectif, il est encore difficile de faire appel à une femme pour réparer son ordinateur.
  • L’Ecole 42, créée par Xavier Niel, compte seulement 7% de femmes.
  • Dans le foot, les femmes gagnent 1 dixième du plus bas salaire touché par les hommes. Et certaines footballeuses sont obligées de cumuler un autre emploi pour vivre.
  • Seulement 2% des rues portent des noms de femmes.